Musée virtuel du protestantisme

Sa jeunesse

  • Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne © Collection privée

Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, est né à Sedan en 1611. Il était le deuxième fils du duc de Bouillon, prince de Sedan et d’Elisabeth de Nassau, qui était la fille de Guillaume le Silencieux, fondateur de la République des Provinces-Unies néerlandaises.

D’abord, il sert dans l’armée des princes de Nassau.

En 1630, sa mère ayant conclu un traité avec Louis XIII, il rejoint l’armée du roi de France comme colonel et fait campagne en Italie, en Lorraine (1633), puis en Alsace et aux Pays-Bas.

La guerre de Trente Ans (1618-1648)

Turenne fait campagne en Italie en 1640 comme premier lieutenant et prend Turin. En 1643, il fait de nouveau campagne en Italie et est nommé maréchal de France lorsque Louis XIV accède au trône.

À partir de 1644, Turenne dirige l’armée allemande, progressant d’un champ de bataille à l’autre, remportant un grand nombre de victoires, qui aboutissent au traité de Westphalie, mettant ainsi fin à la guerre de Trente Ans. La France avait rejoint ce conflit en 1635, combattant avec les princes protestants et les Suédois contre les armées de l’Empire (les Habsbourgs d’Autriche et d’Espagne).

La Fronde (1648-1654)

Dans la Fronde contre Mazarin, il rejoint d’abord la  » Fronde  » parlementaire en 1649, puis il combat pour Condé (le Grand Condé, arrière petit-fils de Louis de Condé) au service du Roi d’Espagne en 1650. Cependant, il revient définitivement au service du roi de France en 1651.

En 1652, il fait campagne contre Condé et les Espagnols, permettant ainsi au roi de reconquérir Paris et il livre Arras en 1654.

La guerre franco-espagnole (1656-1659)

Turenne prend Dunkerque en 1658 et envahit la Flandre, ce qui conduit au traité des Pyrénées en 1659. Turenne est alors nommé gouverneur du Limousin et en 1660 maréchal des armées et des camps royaux ; on lui confie également la responsabilité de réorganiser l’armée.

La Guerre de Dévolution et la Guerre de Hollande

En 1667, Turenne prépare la Guerre de Dévolution (1661 – 1668) avec Louis XIV ; ce fut contre l’Espagne et il prit Charleroi et Tournais. En 1672, il a commencé à combattre dans la guerre de Hollande (1672 – 1678), prenant Arnheim, puis il est entré en Allemagne et a occupé la Westphalie.

En 1673, il perd plusieurs batailles en Allemagne et se dispute avec Louvois, secrétaire d’État militaire au service de Louis XIV.En 1674, Turenne doit maintenir l’emprise de la France sur l’Alsace avec seulement un nombre réduit de soldats ; il traverse le Rhin et met le feu au Palatinat, mais les armées impériales traversent également le Rhin et prennent Strasbourg. Turenne manœuvre dans les Vosges au plus profond de l’hiver et surprend les armées impériales à Mulhouse – il remporte également la bataille de Turckheim. Les armées impériales franchissent à nouveau le Rhin, mais retournent en Alsace quelques mois plus tard. Turenne a été tué d’une balle alors qu’il était en reconnaissance à Sasbach (Allemagne).

Sa vie personnelle

Turenne est né protestant ; en 1651, il épouse Charlotte de Caumont, décédée sans descendance en 1666.

C’était un protestant fort de vues modérées et il utilisa son influence auprès du roi pour défendre la cause protestante. Mais il avait des doutes sur sa foi et était attiré par les croyances jansénistes. Finalement, en 1668, Pierre Nicole et de Bossuet le convainquirent qu’il devait devenir catholique ; cependant, il demeura un homme de vues modérées et continua à lire la Bible.

Il a écrit de nombreux mémoires et lettres.

Louis XIV fait enterrer Turenne à l’abbaye de Saint-Denis, mais Bonaparte fait transférer son corps aux Invalides en 1800, l’honorant comme un grand stratège militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.